Articles

La France, pilier de la science-fiction moderne

 

C’est en France que la science-fiction telle qu’on la connaît a vu le jour. Alors que certains de ses plus grands représentants sont américains, russes ou anglais, c’est Jules Verne, un des plus grands auteurs français qui a lancé ce genre, devenu un des plus célèbres de nos jours. Depuis, l’hexagone est à l’origine de quelques-unes des œuvres les plus importantes du genre. 

Blog_plan-Nautilus-N-mo_01

Isaac Asimov, Philip K. Dick, Ray Bradbury, Frank Herbert. Lorsqu’on parle de science-fiction, c’est à ces grands noms de la littérature que l’on pense. Pour beaucoup, ils sont les précurseurs de ce mouvement littéraire. A tort car la science-fiction vient d’un pays que nous connaissons bien : la France.

Les précurseurs littéraires

En effet, alors que la plupart des gens imaginent que la science-fiction est une invention récente, au moins du 20ème siècle, c’est à Jules Verne que l’on doit cette révolution, en plein âge d’or de l’industrialisation. Au milieu des années 1860, Jules Verne publie De la Terre à la Lune, le tout premier roman d’anticipation, dans lequel un groupe d’artilleurs américains se fixent pour objectif d’envoyer un boulet de canon habité sur la Lune. Cette œuvre, si elle semble, au premier abord, saugrenue, a été une base majeure pour la SF. Après cela, Jules Verne rédige d’autres œuvres où la science est l’élément moteur de l’intrigue. En 1870, il publie ce qui est sans doute son ouvrage le plus célèbre Vingt mille lieues sous les mers, traitant du voyage du sous-marin Nautilus. Avec ce roman, Verne crée sans le savoir un sous-genre de la science-fiction qui ne se formera qu’un siècle plus tard, le steampunk. Ce style littéraire uchronique (récit basé sur la réécriture de l’histoire) se caractérise par l’utilisation de machine à vapeur de l’époque victorienne. Le Nautilus du Capitaine Nemo est considéré comme le tout premier véhicule steampunk.
Après Jules Verne, différents auteurs de science-fiction vont voir le jour en France. L’un d’entre eux, s’il n’est pas très connu du grand public, a créé une œuvre iconique du genre. Son nom est Pierre Boulle. Il est l’auteur d’un des plus éminents romans dystopiques (récit dépeignant une société imaginaire) : La Planète des Singes, en 1963. Adaptée sur grand écran depuis 1968, elle connaît encore des reboot et autres suites en 2017.
Plus récemment, car la France sait se renouveler en littérature d’anticipation, c’est Alain Damasio qui a repris le flambeau. En deux ouvrages, ce lyonnais de naissance s’est imposé comme une référence de la science-fiction. Ses romans, La Zone du Dehors et La Horde du Contrevent traitent respectivement de totalitarisme et de solidarité et ont été acclamés par la critique, pour la richesse de leur écriture et l’originalité avec laquelle les thèmes sont abordés.

Le neuvième art au rendez-vous

Dans le domaine de l’art littéraire, le neuvième art est également à l’honneur concernant la science-fiction française. En France, plusieurs auteurs ont su élever la BD au rang d’art, souvent en se basant sur la SF. Le plus connu d’entre eux est Moebius, de son vrai nom Jean Giraud. Considéré comme un génie absolu de la bande dessinée, il a participé à la création de planches pendant près d’un demi-siècle telles que BlueberryMajor Fatalou Arzach pour ne citer qu’elles. Preuve de son impact sur l’art de la bande dessinée, le nombre incalculable d’hommages qui lui sont rendus à sa mort, en 2012. Neil Gaiman, auteur et scénariste britannique dit notamment « J’enviais les Français car ils avaient accès [grâce à Moebius] à tout ce dont j’avais toujours rêvé en matière de BD, des œuvres belles, visionnaires et érudites, pour adultes. »

2011 voyagedhermes_moebius_03

Apprécié pour son travail en tant que dessinateur, Moebius a logiquement été approché par le cinéma et, bien-sûr le cinéma de science-fiction dont il a compris tous les enjeux esthétiques.
En 1975, le fantasque réalisateur chilien Alejandro Jodorowsky l’engage à la direction artistique de son nouveau projet fou : l’adaptation cinématographique de Dune, le chef d’œuvre de Frank Herbert. Trop coûteux, le projet est avorté mais n’empêche pas Moebius de retravailler au cinéma. Il participe notamment au développement de deux films majeurs du cinéma d’anticipation : Alien (1979) de Ridley Scott et Tron (1982) de Steven Lisberger. Par la suite, il collaborera avec Jodorowsky sur une BD, L’Incal, inspirée de Dune et utilisant les storyboard du projet.

Sans titreLe cinéma, principal spot de la SF

La science-fiction et le cinéma sont deux éléments étroitement liés à la France. Comme pour la littérature, un des précurseurs de la science-fiction au cinéma est un français. En 1902, George Méliès, illusionniste de son état, dévoile Le Voyage dans la Lune. Ce court-métrage, très fortement inspiré des écrits de Jules Verne, est considéré par beaucoup comme le tout premier film de l’histoire de la science-fiction.

Si quelques films français se démarquent et sont salués par la critique comme Fahrenheit 451 de Truffaut (1966), Le Prix du Danger de Boisset (1983) ou La Cité des Enfants Perdus de Jeunet (1995), beaucoup de long-métrages sortent dans l’indifférence générale et sont souvent oubliables, faute de budgets suffisants.

Pour pallier ce manque de moyens, certains directeurs tentent de trouver des solutions pour créer des contenus de qualité. C’est par exemple le cas de René Laloux. Alors qu’il ne compte que trois long-métrages dans sa filmographie, celui qui est aussi dessinateur choisit de miser sur le cinéma d’animation pour s’exprimer. Associé aux meilleurs dessinateurs français, il réalise trois œuvres expérimentales considérées depuis comme des classiques. Avec Roland Topor, il réalise La Planète Sauvage (1973), avec Moebius Les Maîtres du Temps (1981) et, avec Philippe Caza Gandahar (1987). Ces œuvres, si elles ne sont pas très connues des publics non cinéphiles, attestent de l’ambition et du talent français dans le cinéma de science-fiction.

efz

Il existe un cas atypique, celui d’Enki Bilal. En effet, celui qui a commencé en tant que scénariste et dessinateur de bandes dessinées devient réalisateur. Si sa filmographie n’est ni très fournie, ni très connue, elle est composée de films d’anticipation issus du cinéma de genre. Ces films, assez expérimentaux prouvent cependant que la créativité est toujours d’actualité dans le cinéma français. Son premier film, Bunker Palace Hotel, peut même se vanter d’avoir Jean-Louis Trintignant, monstre sacré du cinéma français, au casting. Il a d’ailleurs fait l’objet d’une chronique du célèbre vidéaste français, Le Fossoyeur de Films .

De nos jours, l’ambition française est illustrée par un homme : Luc Besson. Après s’être fait connaître du grand public en réalisant des thrillers, il s’attaque à la SF et écrit Le Cinquième Elément à la fin des années 90. Plébiscité par la critique, il obtient le César du meilleur film.
S’il ne fait clairement pas l’unanimité auprès des cinéphiles en France et dans le monde, Luc Besson reste un des piliers de la SF hexagonale. En 2014, il réalise Lucy, un de ses plus ambitieux projets. Si le film est un échec critique certain, il n’en reste pas moins un succès commercial total, devenant le film français le plus rentable de l’histoire avec près de 459 millions de recettes pour un budget de 40 millions. De ce fait, il offre une visibilité incroyable au cinéma de science-fiction français. Plus encore, il montre que le cinéma français a un véritable poids dans le domaine de l’anticipation, alors que beaucoup estiment que le genre est l’apanage des Américains. Actuellement, il s’apprête à sortir Valerian, encore un projet 100% français car la série de BD dont il est inspiré est également française.

Dans les Cavernes d’Acier (1953), Isaac Asimov disait que « notre plus grande richesse, c’est notre génie créateur ». La France a bien compris cela et continue de faire vivre ce génie créatif.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s