Critiques

Micro-critique #1 : Cinquante nuances plus claires

Cinquante nuances plus claires. Le nom est parfait pour ce film tant le scénario est limpide. Christian et Anastasia se sont mariés et filent le parfait amour mais l’ex patron de cette dernière n’est pas content car il a perdu son emploi sous prétexte qu’il était un harceleur. Du coup, pour se racheter une conscience, il essaye d’enlever Ana mais échoue. Il enlève alors sa belle-sœur et demande une grosse rançon. Hélas, Ana doit gérer ça toute seule alors qu’elle est toute seule. A la fin, elle tire dans le genou du méchant et les gentils gagnent. Limpide.

A l’image des deux premiers volets de cette trilogie dont l’existence même est une énigme, Fifty Shades Freed est d’une fadeur à toute épreuve. Entre scénario qui tient sur un post-it, acteurs catastrophiques et une bande originale aussi insipide que convenue dans un grenier pourri, le film n’est jamais autre chose que la nullité qu’on attend qu’il soit.

C’est par pure curiosité ou par pur masochisme qu’on se retrouve devant cette œuvre (un peu des deux en ce qui me concerne) qui est la preuve que le talent n’est pas nécessaire pour obtenir un budget conséquent (55 millions de dollars) à Hollywood.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s